Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Conseils aux débutants en entomologie

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

CONSEILS AUX DÉBUTANTS EN ENTOMOLOGIE.
(Suite.)

Il n'y a que deux ordres d'insectes qui puissent convenir pour commencer une collection ; tous les autres sont trop difficiles à préparer et à déterminer. Ils sont trop peu connus et attirent moins l'oeil inexpérimenté. On commence généralement par les papillons : ils frappent tous les yeux, présentent une grande variété de couleurs éclatantes, et sont les mieux connus de tous les insectes ; l'éducation des chenilles offre, d'ailleurs, à elle seule un intérêt considérable. Seulement on me permettra de faire une distinction entre le simple piqueur de papillons et celui qui en fait une collection scientifique. On croit souvent avoir une belle collection lorsqu'on a réuni à peu prés tous les grands papillons (surtout diurnes et crépusculaires) d'un pays. Mais dans une pareille collection, il y aura trois ou quatre cents espèces au plus, connues jusque dans leurs moindres variétés, et ne présentant plus guère d'intérêt scientifique. Pour avoir quelques chances de trouver du nouveau — et, dans ce cas, l'intérêt est au contraire très grand — il faudrait se vouer tout entier à collectionner les plus petits d'entre les Tinéines, les Phalénites, tous les microlépidoptères, qui sont extrêmement délicats et d'une difficulté inouïe à bien préparer. Mais alors celte collection n'a plus aucun des avantages qui attirent le débutant : les petits papillons très difficiles à classer, à déterminer, leurs chenilles, plus difficiles encore à élever, n'ont rien qui frappe les yeux ; enfin, il n'est pas donné à tous de réunir les qualités nombreuses et le loisir qu'exige la microlépidoptèrologie

. Force sera donc de se rabattre sur les coléoptères. Le champ est encore vaste ; vous vous en apercevrez en le parcourant, et je vous engage, surtout au commencement, à étudier cet ordre. Dans celte collection, l'élève des larves est loin d'être aussi facile que celle des chenilles, et elle n'a qu'un intérêt scientifique ; il ne faut donc pas essayer d'abord d'élever des larves, ou seulement le faire exceptionnellement.

Tout entomologiste en herbe posera certainement cette question : Indiquez moi un ouvrage, avec autant de gravures que possible, contenant le nom et la description des insectes qui se trouvent chez nous, et cela dans les prix les plus modérés. La réponse sera, non moins certainement : Il m'est pénible, mon pauvre ami, de donner à votre première demande une réponse aussi peu satisfaisante, mais. . . on a oublié de faire un pareil livre, et cela pour deux motifs : d'abord, parce que les bons ouvrages d'histoire naturelle et les prix modérés s'excluent l'un l'autre ; et puis, MM. les Savants sont tellement occupés à décrire leurs innombrables n. sp. (nouvelles espèces), à établir une synonymie qui s'accroît chaque jour, à diviser, subdiviser à l'infini les divisions des maîtres, des Linné, des Fabricius, à remplir des pages et des brochures entières de discussions sur tel caractère spécifique douteux, sur tel droit de priorité disputé, ils sont si occupés qu'ils perdent de vue le principal dans la masse des détails, et oublient de faciliter l'accès de leur science. La classification et la description des espèces sont choses essentielles, et la nomenclature binaire n'est pas un des moindres titres de Linné à la reconnaissance de tous les naturalistes ; mais c'est toujours là un moyen, et notre but, c'est de connaître les êtres qui nous entourent, et de trouver partout une occupation pleine d'intérêt.

L'entomologiste amateur, qui n'aspire pas à connaître à fond la partie critique de l'entomologie, n'attache guère de prix à une discussion sur la synonymie d'un Meligethes ou même d'un Bembidium, et cherche plutôt à avoir une connaissance complète de la partie pratique : localités et faune, préparation et chasse des insectes du pays. Mais notre science peut être encore étudiée à un troisième point de vue, trop négligé en général; cette partie de l'entomologie, plus élevée, plus générale, et peut-être plus intéressante que les autres, c'est l'étude de la vie et des moeurs des insectes. Je conseille vivement à ceux qui liront ces pages de ne pas se contenter de ramasser, de piquer et de déterminer les coléoptères, mais de les observer aussi dans la nature, et de vérifier leurs propres observations au moyen des ouvrages écrits sur ce sujet.

Nous disons qu'il n'existe aucun ouvrage qui puisse convenir au débutant coléoptériste (car le chasseur de papillons possède un certain nombre d'ouvrages élémentaires réunissant à peu près les conditions voulues). Il devra donc, pendant les deux ou trois premières années, apprendre à connaître les formes, les principales divisions, et surtout la chasse et la préparation des coléoptères, en profitant des conseils des entomologistes et des visites aux musées et collections qu'il pourra consulter. Qu'il ne se préoccupe pas de cette terrible légion de noms gréco-latins qui effarouchent un grand nombre de personnes : il arrivera peu à peu, et presque sans effort, par le seul effet de l'habitude, à connaître et à appeler par leurs noms savants la plupart des genres et beaucoup des espèces un peu répandues. Il sera cependant très utile de s'exercer de suite à une détermination superficielle des insectes recueillis, par une comparaison attentive avec les exemplaires des musées et des collections entomologiques; on se familiarisera ainsi avec la méthode à suivre pour déterminer les insectes, et avec les noms que la science moderne leur a donnés. C'est à ce point de vue qu'un projet dont M. Deyrolle avait pris l'initiative dans les Petites Nouvelles entomologiques, et qu'un groupe d'entomologistes de Paris avait commencé à mettre en exécution l'année dernière, pouvait être d'une grande utilité. Il s'agissait de collections élémentaires de différents ordres d'insectes, composés de cent à trois ou quatre cents espèces répandues dans nos contrées et déterminées exactement, qu'on devait distribuer, moyennant un prix très modique représentant la valeur des boîtes, aux débutants qui en feraient la demande et auxquels ces insectes auraient servi de points de comparaison précieux. Espérons que ce projet n'a été qu'ajourné.

Je termine ici ces conseils un peu généraux et vagues pour commencer, le mois prochain, à donner les indications relatives à la formation de la collection.

E.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images