Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Conseils aux débutants en entomologie

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

CONSEILS AUX DÉBUTANTS EN ENTOMOLOGIE.

Le débutant en entomologie est, le plus souvent, quelque collégien qui s'est senti un beau jour le goût des collections, en voyant un camarade attraper des papillons et les piquer ensuite dans une boîte. Désireux de l'imiter, il se procure le traditionnel filet en mousseline verte, et quelques épingles de province. Son ardeur ne connaît bientôt plus de bornes ; il est sans pitié pour tout ce qui est papillon. Les boîtes, au fond desquelles il a collé des bouchons de liège, se remplissent d'une masse de papillons traversés par de véritables clous; au fond de la boîte, c'est un mélange confus d'ailes, de pattes, d'antennes détachées, où les Anthrènes et les Ptinus s'ébattent à leur aise. C'est le chaos—qu'importe à notre chasseur ! C'est dans les champs et les bois qu'il faut le voir ; chaque capture est un trésor. Et quand c'est un de ces fameux « rares » dont il a si souvent entendu parler, dont il a rêvé plus d'une nuit, quand c'est un changeant, un tau, un cordon bleu, qu'il voit voler là-bas pour la première fois, regardez-le : le voilà parti — rien ne l'arrête, ni fossés, ni buissons — il est tout près — il lève le filet, manque, frappe au hasard — victoire ! il est pris ! Il faut avoir passé par là pour comprendre cette anxiété, cette joie, cet orgueil.

La capture serait probablement classée avec mépris par un lépidoptériste parmi les « ubiquistes, » mais notre ignorant ne la céderait pas pour le lépidoptère le plus rare.

Généralement, après avoir chassé ainsi pendant quelques mois les papillons, il prend fantaisie à notre ami de « ramasser les insectes. » (Notons, en passant, que presque tout le monde est d'accord pour séparer les papillons des insectes). Il commence, en effet, à se promener avec une bouteille dans sa poche, laquelle bouteille contient le plus souvent de l'esprit-de-vin ou de la sciure de bois imprégnée de benzine; on y fourre les gros insectes qu'on trouve sur sa route, les petits passent inaperçus ; à la maison, on les empale avec les clous déjà cités.

Quelques mois se passent ainsi. Notre collectionneur a continué patiemment et tout seul ses recherches, ou bien il a eu le bonheur de rencontrer chez un camarade une conformité de goûts qui a fait naître le plus souvent entre eux une amitié forte et durable. Mais alors un doute, et comme un découragement, le saisit. Il voit des collections rangées qui lui semblent immenses. Oubliant qu'elles résultent du travail patient, continu, de longues années, il se dit que jamais il n'arrivera, quelque zèle qu'il y mette, à créer quelque chose de semblable. S'il est seul, il plantera là, sans doute, ses informes essais de collections, et se jettera, peut-être avec ardeur, dans la timbrophilie. S'ïls sont deux, ils se soutiendront l'un l'autre, et, tôt ou tard, soit d'eux-mêmes, soit avec l'aide de quelque entomologiste plus expérimenté, ils arriveront à se faire une collection scientifique, et pourront rendre plus d'un service à l'entomologie.

Lecteur, qui avez eu la patience de me suivre jusqu'ici, vous vous demandez où je veux en venir. J'ai été long, trop long sans doute, mais je n'ai pas pu m'empêcher de retracer ce que j'ai vu se renouveler souvent, après l'avoir éprouvé moi-même. Puisque cette feuille a pour but d'aider les débutants et d'attirer de nouveaux adeptes à la plus charmante des sciences, je demande la permission de donner ici quelques conseils pratiques à ceux de nos lecteurs qui auraient envie de commencer une collection d'insectes.

Ce sera alors, si vous le voulez bien pour le mois prochain.

E.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images