Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

L'argyronète

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

L'ARGYRONÈTE (ARGYRONETA AQUATICA).

On rencontre parfois, dans les fossés ou les eaux tranquilles de la Belgique et du nord de la France, cette araignée dont l'instinct et les moeurs sont aussi extraordinaires que les formes extérieures le sont peu. Rien, lorsqu'on ne la voit point à l'oeuvre, ne saurait faire reconnaître en elle une des plus habiles travailleuses; mais si on l'étudie de plus près, si l'on suit ses mouvements et surtout si l'on parvient à la surprendre au moment où elle construit son habitation, on est frappé d'étonnement et d'admiration. Elle déploie dans ce travail un instinct plus merveilleux peut-être que la mésange ou l'oiseau-mouche pour suspendre aux arbres leurs nids gracieux. Et pourtant bien peu connaissent cet humble artiste!

L'argyronète est essentiellement aquatique : c'est dans l'eau qu'elle trouve sa nourriture, c'est sous l'eau qu'elle établit sa demeure, pond ses oeufs et élève ses petits. Mais, comme elle ne peut respirer qu'à l'air libre, elle a recours, pour pouvoir séjourner au fond des fossés qu'elle habite, à un expédient fort ingénieux : elle y établit une véritable cloche à plongeur. Pour construire cette cloche, notre araignée commence par plonger rapidement en entraînant avec elle une certaine quantité d'air attachée aux poils fins et serrés qui recouvrent tout son corps. Arrivée au fond de l'eau, elle va se placer sous quelque enchevêtrement de tiges ou de racines, et, frottant son corps avec ses pattes, elle en détache les bulles d'air qui la couvraient comme d'un vêtement argenté. Celles-ci sont retenues par les plantes, et la masse qu'elles forment est bientôt augmentée par de nouvelles bulles amenées de la même façon que les premières. Lorsque l'argyronète juge la quantité d'air suffisante, elle entoure la masse d'un réseau de fils de plus en plus serré, qui finit par prendre la forme d'un dé à coudre un peu rétréci à la base; la cloche, ainsi achevée, est maintenue en position par des sortes de cordages, attachés aux plantes ou aux pierres environnantes, et servant en même temps de piège à l'industrieuse araignée.

Lorsque l'air contenu dans la cloche vient à être vicié par un long séjour de son hôte, celui-ci la vide en la renversant, puis il y introduit une nouvelle quantité d'air frais qu'il va chercher, comme auparavant, à la surface de l'eau. C'est dans ces coques soyeuses que les femelles déposent leurs oeufs, et c'est là aussi, dit-on, qu'elles passent l'hiver après avoir soigneusement fermé l'unique ouverture. Le Père de Lignac raconte de plus qu'il a vu le mâle de l'argyronète construire sa cloche à côté de celle d'une femelle, et, après avoir pratiqué une ouverture dans la paroi, établir une galerie de communication entre les deux habitations.

M. H.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images