Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

De l'absorption des racines

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

DE L'ABSORPTION DES RACINES. (Suite.

Toutefois, les racines ne peuvent absorber que des matières complètement en dissolution dans l'eau; mais elles ne trouvent pas toujours dans le sol des substances complètement dissoutes : elles ont la propriété, d'après Liebig, de sécréter de l'acide carbonique qui rend les substances solubles. Une plante qui végète dans la teinture de tournesol la colore en rouge; si on fait bouillir la dissolution, celle-ci reprend la couleur bleue. On a recherché si les plantes pouvaient pomper indistinctement dans le sol les matières nuisibles ou utiles. Plusieurs expériences montrent que les végétaux ne tardent pas à périr s'ils absorbent des substances vénéneuses. Moi-même, d'après quelques expériences, j'ai constaté les effets funestes que produit sur les plantes le cyanure de potassium.

L'Anémone nemorosa placée dans une terre imbibée d'une dissolution de cette substance dépérit bientôt. Sa tige se recourba vers le sol, ses feuilles devinrent noirâtres et ses fleurs se fanèrent complètement. Les mêmes expériences répétées sur d'autres végétaux donnèrent des résultats analogues. Toute matière puisée dans le sol par certaines plantes ne convient pas à tous les végétaux, car les plantes sont surtout en rapport avec la constitution géologique et minéralogique du sol, bien que l'exposition, le climat et plusieurs autres causes exercent une influence sur la végétation.

On sait que certaines plantes qui végètent dans un terrain calcaire ne pourraient vivre dans un sol complètement dépourvu de carbonate de chaux, en un mot, que les plantes calcicoles sont soumises à d'autres lois que les plantes silicicoles, par exemple. On peut même dire que parfois certains végétaux dénotent la nature du sol sur lequel ils vivent. Je citerai par exemple la violette calaminaire qui indique au mineur le gisement de minerais de zinc. Aussi, pour qu'une plante passe à toutes les phases de la végétation, il faut avant tout qu'elle trouve dans le sol les diverses substances propres à la développer.

Le prince Salm Horstmar fit à ce sujet des observations sur l'avoine.
Sans terre siliceuse, dit il, l'avoine ne peut acquérir assez de résistance pour se soutenir, puisque son épiderme manque de cette matière dure qui fait feu au briquet, de celte matière qui soutient ferme le chaume des graminées; sans terre calcaire, elle meurt déjà à l'apparition de la seconde feuille; sans soude et sans potasse, elle n'atteint guère que la hauteur de 9cm; sans terre alumineuse, elle reste faible et couchée; sans phosphore, elle devient bien droite, mais cependant faible, et ne porte pas de fruit; sans fer, elle reste pâle, faible el irrégulière; avec du fer, elle prend au plus haut degré la teinte vert foncé; sans manganèse, elle n'atteint pas du tout son développement et produit peu de fleurs. Les expériences qui ont été faites sur l'avoine ont été répétées sur d'autres végétaux, de sorte que les plantes, pour vivre, doivent végéter dans un sol contenant les divers produits capables de les nourrir.

Lunéville. A. Lemaire.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images