Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Communications

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
Phosphorescence de la mer
Histologie végétale
Les Huîtres
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Communications
Le Congrès scientifique de Bordeaux
Les Antiseptiques dans tous les temps
Sur la Chlorophylle et les matières colorantes
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Insectes électriques
Communications
De la préparation des Limaces
De la préparation des Limaces
Société d'études scientifiques de Paris
Observations d'un amateur d'oiseaux
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Communications
La famille des Solanées
Note sur la glacière de la Grâce-Dieu
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Les Huîtres
Recherches sur le terrain de Trias
Recherches sur le terrain du trias
Communications
La famille des Solanées
Le Martinet et son nid
Le Dytisque bordé
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Entomologie pratique
Le corbeau
Communications
Le chant du moqueur
Les antiseptiques dans le temps
Influence de la lumiere
Comminications
Les borraginées
Les antiseptiques
Influence de la lumière
Coloration et défoliation
Entomologie pratique
Une révolution dans l'architecture des hirondelles
La pie-grièche
Les antiseptiques dans tous les temps (suite)
Les borraginées (suite)

 

COMMUNICATIONS.

Note sur l'Ononis striata Gonau. — MM. Grenier et Godron, dans la Flore de France, tome I, p. 376, donnent à cette plante des folioles petites fortement nervées.

M. Boreau, Fl. cent., édition 3e, p. 125, la décrit avec des feuilles à trois folioles fortement striées nerveuses.

Enfin, M. Lloyde, Fl. de l'Ouest, p. 125, reproduit ce même caractère : folioles fortement nervées.

Chacun de ces extraits reproduit la même erreur. Si M. Gonau avait décrit sa plante sur le vif, il ne lui aurait probablement pas donné le nom d'Ononis striata, car les nervures des folioles, dans cet état, ne sont pas sensibles au toucher et ne justifient nullement les diagnoses données plus haut. Sur le sec, au contraire, les folioles prennent le caractère décrit par M. Boreau : elles deviennent par la dessiccation fortement striées nerveuses, presque ridées dans le sens des nervures ; aussi les folioles sèches présentent-elles un aspect tout différent de celles de la plante vivante. Il y a donc lieu de rectifier comme il suit la description des auteurs : Folioles petites à nervures, devenant très saillantes par la dessiccation. Limogne. L. Giraudias.

Sagacité d'un chat. — Un physicien mit un chat sous une machine pneumatique, et commença à faire jouer activement le piston : l'animal ne tarda pas à se sentir gêné dans une atmosphère qui se raréfiait de plus en plus ; il comprit bientôt d'où venait le danger et plaça sa patte sur le trou qui donnait issue à l'air, empêchant ainsi qu'il en sortît davantage. Tous les efforts du physicien furent inutiles ; lorsqu'il voulut tirer le piston, dont la patte du chat arrêtait le jeu, il fit rentrer l'air dans le récipient pour déboucher le trou du plateau : le chat, dont la patte se trouvait alors dégagée, la retirait aussitôt ; mais, au premier coup de piston, qui le privait d'une portion d'air, il se hâtait de l'y remettre. G. Savel.

Un lilas placé sur ma terrasse m'a donné, du 15 juillet au 15 août environ, une seconde floraison, lorsque les graines de la première se trouvaient encore sur l'arbre. Ce fait est-il commun en Touraine ? -E. L.

M. Ernest Lelièvre, à Amboise, nous prie d'informer nos abonnés qu'il s'engage à faciliter l'étude des lépidoptères à des commençants sérieux, en leur envoyant, sur leur demande, un certain nombre d'espèces bien et dûment déterminées.

Les jeunes gens qui composent la Société d'études scientifiques de Paris, nouvellement fondée, s'offrent à déterminer aux débutants, autant qu'il leur sera possible de le faire, les plantes, insectes, fossiles, etc., qui leur seront envoyés à cet effet. Chaque espèce devra, si possible, être représentée par plusieurs individus, afin que la Société puisse en conserver un ou deux spécimens. Les frais de port resteront à la charge de celui qui fera l'envoi. — S'adresser à M. Jules de Gaulle, 286, rue de Vaugirard, à Paris.

Nous prions nos correspondants d'écrire très lisiblement les noms latins (de genres ou d'espèces) qui peuvent se présenter dans leurs articles, afin d'éviter les fautes d'impression.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images