Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Recherches sur le terrain de Trias

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
Phosphorescence de la mer
Histologie végétale
Les Huîtres
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Communications
Le Congrès scientifique de Bordeaux
Les Antiseptiques dans tous les temps
Sur la Chlorophylle et les matières colorantes
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Insectes électriques
Communications
De la préparation des Limaces
De la préparation des Limaces
Société d'études scientifiques de Paris
Observations d'un amateur d'oiseaux
Influence de la lumière sur la végétation
Recherches sur le terrain de Trias
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Communications
La famille des Solanées
Note sur la glacière de la Grâce-Dieu
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Les Huîtres
Recherches sur le terrain de Trias
Recherches sur le terrain du trias
Communications
La famille des Solanées
Le Martinet et son nid
Le Dytisque bordé
Coloration et défoliation automnales des végétaux
Entomologie pratique
Le corbeau
Communications
Le chant du moqueur
Les antiseptiques dans le temps
Influence de la lumiere
Comminications
Les borraginées
Les antiseptiques
Influence de la lumière
Coloration et défoliation
Entomologie pratique
Une révolution dans l'architecture des hirondelles
La pie-grièche
Les antiseptiques dans tous les temps (suite)
Les borraginées (suite)

 

RECHERCHES SUR LE TERRAIN DE TRIAS

On comprend combien il est important d'étudier les empreintes et de les examiner avec soin. Dans une formation où l'on ne rencontre qu'un petit nombre de débris organisés fossiles, elles sont les seules données sur lesquelles il soit possible de s'appuyer pour restaurer les créations disparues. Mais ce n'est pas seulement en Allemagne et en Angleterre que les couches de grès bigarré présentent des empreintes physiologiques. M. Hitchcock a découvert dans le nouveau grès rouge des États-unis de nombreux vestiges dont il a donné la description. D'après ce géologue, les empreintes laissées sur les limons rouges endurcis de la vallée du Connecticut doivent être attribuées à des oiseaux. Il faudrait donc rattacher à la période triasique l'apparition de cette grande classe qui joue un des premiers rôles dans la faune actuelle. Bien que l'on n'ait encore trouvé aucun ossement d'oiseau dans les roches du Connecticut, les assertions de M. Hitchcock sont généralement admises. En effet, si l'on observe attentivement ces empreintes, la forme et la disposition des trois doigts ne semblent laisser aucun doute sur la nature de l'animal qui les a produites. De même que chez les oiseaux tridactyles, on remarque toujours trois phalanges au doigt interne, quatre au doigt moyen, cinq au doigt extérieur; parfois il existe en arrière un quatrième doigt à l'état rudimentaire. Dans quelques échantillons soumis à l'examen de M. Owen, la gangue a conservé avec fidélité l'impression du tégument ; le savant n'a pas hésité à y reconnaître la peau de l'autruche. Maintenant, si l'on suit une ligne déterminée d'ornithichnites, au lieu d'étudier chaque empreinte en particulier, on constate un rapport intime entre la distance des deux empreintes consécutives et la longueur de l'orteil; quand l'enjambée est de 1m35, par exemple, l'orteil mesure 0m50. Ces dimensions supposent des oiseaux d'une taille si extraordinaire que les paléontologistes ont longtemps refusé de se ranger à l'opinion de M. Hitchcock. Mais la découverte d'oiseaux géants dans les couches de la Nouvelle-Zélande a démontré la possibilité du fait. Enfin, M. Dana a dissipé tous les doutes, en prouvant que les coprolithes trouvés dans cette formation et provenant des animaux dont on a retrouvé des traces se rapprochent du guano par leur composition chimique.

Tels sont les caractères généraux de la faune du Bunter-Sandstein; après avoir successivement passé en revue les oiseaux, les reptiles et les poissons, je dois aussi mentionner les mollusques de cet étage. Les principaux mollusques catalogués par d'Alberti sont : le Rostellaria, dont on connaît plusieurs espèces, R. scalata, R. obsoleta, R. antiqua, R. detrita ; le Natica Gaillardoti ; les Myophoria musculoïdes, vulgaris, curvirostris ; l'Avicula socialis ; le Plagiostoma lineatum, etc.

Lunéville.
Ernest Paulin,
Membre correspondant de la Société d'études scientifiques de Nancy.
(A suivre.]

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images