Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Observations sur un des parasites du chat

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

OBSERVATIONS SUR UN DES PARASITES DU CHAT.

Sans vouloir rechercher trop loin quels sont tous les parasites des animaux que nous avons journellement sous les yeux : chiens, chats, oiseaux même, je ne parlerai que des puces. Vous riez, lecteur? Laissez passer cette joie qui sera de courte durée quand vous connaîtrez le nombre infini d'animaux que vous portez peut-être sur vous. Ce mot de puce n'attirera plus sur vos lèvres ce sourire dédaigneux qu'il me semble y voir — Il ne sera pas inutile, je pense, de rappeler ici que les puces font partie de l'embranchement des Articulés, de la classe des Aptères, ordre des Suceurs. Insister sur sa description serait fastidieux, surtout pour vous, cher lecteur, qui connaissez les puces malheureusement aussi bien que moi. Une petite tête armée d'un suçoir imperceptible, des pattes postérieures très longues et très fortes, tel est en deux mots l'animal dont je vais donner les transformations successives. Voici la série des phénomènes observés :

Je trouvai, au mois de juin dernier et pendant une forte chaleur, mon chat couché sur ma table de travail. A ses côtés était mon sablier. Je remarquai une poussière blanche tout autour du chat, mais l'attribuant au renversement du sable par l'animal, je me contentai de le chasser et d'enlever la poussière supposée. Le même fait se reproduisit encore quelquefois. Enfin, je m'aperçus que le chat remplissait d'un sable pareil à celui que j'avais remarqué sur ma table tous les endroits où il se couchait. Je pressai par hasard sur quelques grains de cette poussière, et je fus étonné de voir mon doigt un peu rouge et légèrement humide. Je recueillis alors et exposai au soleil cette poussière dédaignée d'abord, et voici ce que j'ai observé et noté jour par jour :

Le 25 juin. — Oeufs blancs, gros comme des grains de sable.

Le 26. — Même état.

Le 27. — De petits vers blancs très vifs éclosent sous les rayons du soleil. La chaleur est augmentée par la cloche de verre qui les recouvre. Les vers sont presque imperceptibles à l'oeil nu.

Le 28. — Vers avec des raies noires, plus gros que les jours précédents. Excréments noirs.

Le 29. — Même état.

Le 30. — Presque tous les oeufs éclos; petits vers blancs très vivaces.

Le 1er juillet. — Même état.

Le 2. — Plus grands. La partie postérieure est blanche et la partie antérieure noire.

Le 3. — Mort apparente. Transformation en nymphes. Même état pendant quatre jours.

Le 7. — Disparition presque complète de toutes les larves. Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est que, pendant tout ce temps, ces vers n'ont rien mangé.

Si les larves avaient disparu à mes yeux et subitement, je ne tardai pas à m'apercevoir de leur existence à l'état d'insectes parfaits. Ma chambre fut criblée de milliers de puces!

Riez-vous encore, cher lecteur, maintenant que vous savez que le simple contact d'un chien, d'un chat peut amener sur vous cette graine et faire éclore ainsi des milliers de parasites!

Les faits dont je viens de parler m'ont expliqué la maladie du chat. L'examen attentif à la loupe de son dos, me fit voir que les oeufs blancs étaient attachés à la racine de ses poils.

L'observateur sera reconnaissant à celui de ses lecteurs qui pourrait donner plus de détails sur ce curieux parasite de presque tous les animaux.

Vienne. G. Bouat.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images