Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Le Bibio marci

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

LE BIBIO MARCI.

Nos lecteurs se souviennent certainement des mouches noires qui, au printemps dernier, se montrèrent en si grand nombre à Paris et aux environs. Les Parisiens, ne pouvant s'expliquer l'invasion de cet insecte qu'ils voyaient pour la première fois, le nommèrent mouche des cadavres, attribuant son apparition à la grande quantité de cadavres enterrés, souvent à fleur de terre, aux environs de la capitale.

Presque tous les journaux adoptèrent cette opinion ; quelques feuilles plus sérieuses imaginèrent un compte rendu de l'Académie des sciences, où il était déclaré solennellement que cette prétendue mouche était un névroptère de la famille des phryganes. Une fois entrés dans cette voie, les journalistes étalèrent à l'envi leur science entomologique et donnèrent chaque jour des solutions de plus en plus ingénieuses.

Ce diptère était tout simplement le Bibio Marci ou bibion de Saint-Marc, de la famille des floritipulaires. Cet insecte, long de 12 millimètres, a le corps noir et les ailes légèrement enfumées; ses longues pattes, qu'il laisse pendre pendant le vol lui donnent un singulier aspect.

L'année précédente, sa larve avait été l'objet, à la Société entomologique, d'une communication de M. Lucas, dans laquelle le savant naturaliste signalait sa grande abondance et donnait quelques détails sur ses moeurs. Cette larve géophage vit en société dans l'intérieur de la terre et ne paraît à la surface que si la température est douce : elle est brune et armée de piquants raides, allongés, d'un roux testacé et à direction postérieure; la tète est d'un brun ferrugineux brillant; les stigmates, au nombre de vingt, sont d'un roux foncé; ses mouvements sont agiles, bien qu'elle soit dépourvue de pattes.

Au milieu des Bibio Marci se trouvait, dans la proportion de un sur mille, le Bibio hortilanus, dont le mâle ressemble au B. Marci et n'en diffère que par sa taille plus petite et quelques poils blancs, ainsi que le bout des ailes; la femelle est d'un rouge vermillon.

On n'a pas encore expliqué la cause de cette invasion, non plus que d'autres invasions de divers insectes observées à différentes époques. Plusieurs explications ont été proposées; mais aucune n'est, à mon sens, suffisante. Si quelque entomologiste plus habile peut en découvrir la cause, je lui en serai très reconnaissant. Je serais également heureux de recevoir des communications pouvant aider à déterminer l'étendue géographique de l'invasion du Bibio Marci.

J. DE G.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images