Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

L'aquarium du Havre

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

L'AQUARIUM DU HAVRE.

L'aquarium du Havre a été fondé il y a quelques années par M. Lennier, directeur du Musée. Ce bel établissement couvre une superficie de 4000 mètres carrés; il est formé à l'extérieur d'une réunion de rochers représentant les différentes coupes géologiques de Normandie. L'intérieur se divise en trois parties séparées par des piliers ou par des rochers. La largeur de l'aquarium est en dedans de 63 mètres sur 8 mètres 50, sans compter les bacs, qui ont chacun 4 mètres 25 de long sur 1 mètre de haut, et qui sont au nombre de 23; ils contiennent beaucoup de poissons de mer, une collection presque complète de poissons d'eau douce européens, un grand nombre de crustacés, de mollusques, de zoophytes, d'algues, etc.

Cet aquarium est intéressant à étudier, tant par la variété des espèces qui s'y trouvent que par la facilité qu'il présente à l'amateur désireux de connaître leurs moeurs.

Citons maintenant quelques-uns des animaux les plus remarquables contenus dans l'établissement.

Nous trouvons en premier lieu les poulpes ou pieuvres (Octopus vulgaris). Ces mollusques dont on a tant parlé présentent, en effet, un aspect hideux, lorsqu'on les voit étendre leurs bras couverts de ventouses et s'accrocher aux rochers où ils guettent leurs proies, prêts à enlacer de leurs redoutables tentacules quelque malheureux poisson égaré. Après s'être ainsi bien repu, le poulpe se détache lentement de la pierre qui ne lui avait servi d'asile que pour un moment, et repliant ses bras, se met à la recherche d'un nouveau poste d'observation.

Après les poulpes, nous remarquons un autre genre d'animaux non moins intéressants à étudier, ce sont les polyphêmes (Polyphemus limulus). Ce crustacé est l'un des plus curieux que l'on puisse voir. Tout son corps est caché sous une carapace composée de deux parties et terminée par une longue pointe en forme d'épée. Il est fort amusant de regarder le polyphème essayant de grimper sur les rochers, retomber sur le sable et découvrir ses pattes si singulièrement disposées, qui ont pour fonction de porter la nourriture à sa bouche.

On y trouve encore un grand nombre d'hippocampes (Hippocampus guttatus), dont la structure de la tète rappelle celle d'un cheval, ce qui leur a fait donner le nom de chevaux marins. Au premier abord, l'oeil cherche en vain ces curieux poissons, mais on remarque bientôt que les plantes marines renfermées dans le bac sont couvertes d'hippocampes immobiles; suspendus par leur queue prenante, ils semblent autant de branches d'une nouvelle espèce. Mais ce qui les caractérise le plus, c'est leur squelette qui perce la peau de toutes parts et les fait paraître comme desséchés.

La collection d'actinies (Actinia) y est très belle. Ces zoophytes, que leur ressemblance avec des fleurs a fait nommer anémones de mer, sont aussi variés sous le rapport de la forme que sous celui de la couleur; elles sont, en effet, tantôt blanches, lilas, roses, vertes ou brunes, et l'on ne pourrait se lasser d'admirer ces charmantes fleurs animées, tour à tour s'épanouissant ou refermant leurs corolles sur la proie dont elles viennent de s'emparer.

Nous apercevons ensuite quatre belles langoustes (Palinurus vulgaris), à la carapace écarlate, à la démarche majestueuse et élégante, remuant continuellement leurs palpes.

Disons encore quelques mots sur les roussettes (Scyllum) au corps tacheté et surnommées chiens de mer, qui accrochent aux algues leurs oeufs, où l'on peut voir se développer l'embryon; les congres (Muroena conger), qui atteignent jusqu'à 3 mètres de long; les trigles (Trigla), à la bouche énorme, dont les nageoires pectorales se transformant en appendices leur servent de pattes pour marcher sur le sable; enfin les anges de mer (Squalus squalina), formant la transition entre les raies et les requins, dont le corps, agité de temps en temps par des mouvements convulsifs, semble vouloir se dissimuler sous le gravier.

Nous ne parlerons pas des poissons plus connus dont cet aquarium renferme une collection très complète. I1 ne nous reste plus qu'à engager les amateurs d'histoire naturelle à aller visiter par eux-mêmes cet aquarium, le plus intéressant de France.

Le Havre. Adrien Dollfus.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images