Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Conservation des chenilles et des limaces

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

CONSERVATION DES CHENILLES ET DES LIMACES.

Plusieurs de nos correspondants ont bien voulu nous faire part déjà des moyens qu'ils considéraient comme les plus pratiques pour conserver les limaces et les mollusques en général. On nous communique, à ce sujet, de Villefranche une note qui ne manquera pas, sans doute, d'intéresser ceux qui se livrent à des recherches et à des expériences dans celte voie.

Ce procédé est, depuis bon nombre d'années, mis en pratique avec succès par M. le docteur Missol, qui a réuni une belle collection de chenilles de lépidoptères.

Ce naturaliste pratique à l'anus des chenilles une petite incision, puis, par une compression ménagée, il vide complètement l'animal et injecte ensuite de la cire dans sa dépouille. Si cette cire est fondue avec précaution et qu'on ne la porte qu'à quelques degrés seulement au-dessus de son point de fusion, le corps de la chenille se remplit régulièrement et la coloration des téguments n'est point altérée. La cire injectée passe successivement de l'état liquide à l'état solide; l'opérateur saisit le moment où elle est malléable pour façonner l'animal et lui faire prendre l'attitude qu'il devra conserver dans la collection. M. le docteur Missol excelle à donner ainsi à ses chenilles l'apparence de la vie. Lorsque la dépouille est mince et qu'elle emprunte sa couleur par transparence aux tissus sous-jacents, on peut colorer la cire artificiellement, et après quelques tâtonnements, arriver a reproduire la coloration désirée.

En suspendant par l'agitation dans la cire fondue un peu d'acide arsénieux, on assure la conservation indéfinie de ces préparations.

Ce procédé, applicable aux chenilles nues ou velues de toutes les tailles, réussit également bien avec les limaces.

M. Darras possède dans sa collection de mollusques la limace rouge (Arion empiricorum) et la limace noire des jardins (Limax cinereo-niger) ainsi préparées, et dont la conservation, depuis quatre ans, est parfaite.

Nous engageons les malacologistes et les entomologistes à répéter eux-mêmes ces expériences, afin de s'assurer des services que pourrait rendre cette méthode à laquelle on ne peut reprocher qu'une chose : c'est d'être plutôt artistique que scientifique.

Peut-être le procédé donnerait-il aussi de bons résultats pour la préparation des larves des coléoptères et des autres ordres d'insectes.

La Rédaction.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images