Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Influence de la lumière sur la végétation

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

INFLUENCE DE LA LUMIERE SUR LA VÉGÉTATION.
SON RÔLE SUR LE DEVELOPPEMENT DE CERTAINES SUBSTANCES.
IV. — Développement de l'amidon dans les cellules à chlorophylle.
(Suite.)

L'amidon est une substance organique très répandue dans le règne végétal. On la rencontre dans un grand nombre d'organes, entre autres dans les graines d'une foule de graminées et de légumineuses, dans les fruits de certaines plantes (bananier), dans les tubercules et les tiges souterraines; mais c'est principalement dans les feuilles, qui doivent leur coloration à la chlorophylle, que cette matière abonde. — C'est M. von Mohl qui, le premier, signala l'existence de ce produit dans la matière verte des feuilles et fit voir que sa formation est postérieure à celle de la chlorophylle. Ce physiologiste détruisit ainsi l'opinion de Mulder, d'après laquelle les granules verts ne seraient autre chose que des grains d'amidon transformés.

La plupart des feuilles contiennent des grains amylacés dans le protoplasma coloré par la chlorophylle; cependant il existe des membranes foliacées, dans lesquelles ce produit manque complètement.

Il arrive alors que l'amidon est remplacé par d'autres substances qui semblent jouer le même rôle.

Ainsi, suivant M. Sachs, les parties vertes de l'Allium cepa renferment du glucose au lieu d'amidon; et d'après Naegeli, des gouttelettes d'huile se remarquent dans les granulations des cellules parenchymateuses du Rypsalis funalis. Certains physiologistes pensent que ce liquide gras n'est autre chose que le résultat d'une transformation de l'amidon préexistant. Cette opinion semble d'accord avec le fait observé par M. de Bary, qui vit les grains amylacés de quelques algues (Spirogyra, Zignema) se dissoudre après la fécondation, pour laisser place à des gouttes d'huile.

Bien que les feuilles de quelques plantes ne produisent point d'amidon, on peut dire cependant que cette matière accompagne généralement la chlorophylle; toutefois, la formation des globules amylacés dans la matière verte des feuilles ne peut s'effectuer que sous l'influence des rayons lumineux du soleil.

C'est à M. Sachs que l'on doit les premières recherches relatives à. ce sujet.

Ce physiologiste a, en effet, démontré que si l'on transporte à la lumière des germes étiolés provenant de graines semées dans un endroit obscur, jusqu'à ce que tous les matériaux nutritifs soient complètement épuisés, l'amidon apparaît dans les premières feuilles pour se répandre de là dans les pétioles, d'où on peut le suivre jusqu'aux bourgeons. Il fit voir, en outre, que cette substance, dont la quantité est d'autant plus considérable que la lumière est plus intense, demande pour se produire, un éclairage supérieur à celui qui est nécessaire au développement de la chlorophylle.

Pour arriver à ce résultat, ce botaniste fit les expériences suivantes : Des graines de Cucurbita pepo furent semées dans un lieu obscur jusqu'à, ce que tout leur amidon eût été entièrement employé à la croissance des cellules. A ce moment les germes étiolés nés de ces graines furent transportés à la lumière, les uns pendant cinq jours, les autres pendant dix. — Les réactions microchimiques ne décelèrent aucune trace d'amidon dans les feuilles même colorées en vert clair par la chlorophylle des premiers germes, tandis qu'elles accusèrent une quantité de globules amylacés dans la matière verte des seconds. — Le Zea maïs, l'Helianthus ammus et la Phaseolus vulgaris, traités de la même manière, donnèrent des résultats analogues.

(Société d'études scientifiques de Nancy.)
Ad. Lemaire. (A suivre.)

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images