Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Solidarite entre la plante et l'animal

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

SOLIDARITÉ ENTRE LA PLANTE ET L'ANIMAL.

Sans vouloir entrer ici dans tous les détails relatifs à l'acte important de la respiration, je me contenterai seulement de faire ressortir les principaux phénomènes auxquels il donne naissance, les rapports qui existent entre la respiration des animaux et la respiration des plantes.

C'est autour de nous, dans l'atmosphère où nous vivons, que les animaux puisent incessamment l'air, l'aliment indispensable de la respiration. Cet air est un mélange de deux gaz, l'oxygène et l'azote ; l'oxygène, ce gaz qui entretient avec tant d'énergie la combustion, et par suite la respiration, mais dont l'azote, ce gaz inerte, vient modérer la trop grande et trop vivifiante énergie. Le sang arrivant des veines à travers les poumons, est, dans ces organes spongieux, mis en contact avec l'air dont il dissout l'oxygène ; puis, changé ainsi en sang artériel, il passe dans le coeur gauche qui le lance dans les artères. Arrivé dans les dernières ramifications de ces vaisseaux, qui présentent des canaux d'une ténuité extrême s'entrecroisant comme les mailles d'un filet, le sang, au moyen de l'oxygène qu'il contient et qui brûle le carbone provenant du sang lui-même et des tissus vivants, se charge d'acide carbonique. De cette combustion résultent, pour l'organisme animal, chaleur et vie. Ainsi modifié, le sang, qui prend alors le nom de sang veineux, passe dans un nouveau système de conduits appelés veines, et arrive par là dans le coeur droit d'où il est lancé par les poumons. Le voilà revenu au point de départ. Ici il va exhaler par les voies respiratoires son acide carbonique dont il s'est chargé dans les vaisseaux capillaires, et à la place de cet acide carbonique, il dissout une quantité à peu prés équivalente d'oxygène destiné à servir d'aliment à une nouvelle combustion. Mais ce gaz carbonique exhalé par les animaux, n'est plus un gaz respirable, loin de là : les animaux plongés dans une semblable atmosphère y périraient bientôt asphyxiés. Mais c'est maintenant que va commencer le rôle de la plante, rôle rénovateur, grâce auquel l'air vicié par la respiration des animaux est de nouveau rendu propre à lui servir d'aliment. C'est pat ces milliers de feuilles, par cette riche verdure qui couronne les végétaux, que la plante puise dans l'atmosphère carbonifère un aliment qui la soutient dans son rôle régénérateur. En effet, de même que dans le système capillaire des animaux, dans les parties vertes de la plante se trouvent des ramifications déliées, des milliers de canaux qui distribuent la sève, qui est pour ainsi dire le sang des végétaux. Dans ces organes prennent naissance une série de réactions des plus curieuses. Par leurs racines les végétaux puisent la sève qui monte par des conduits appropriés le long du tronc de la plante, et que l'on nomme pour cela sève ascendante. Du tronc, elle passe dans les branches et enfin dans les feuilles.

Là, et sous l'influence des rayons solaires, l'acide carbonique est décomposé : l'oxygène mis en liberté se dégage dans l'atmosphère ; quant au carbone, il est absorbé par la sève ascendante, qui est ainsi changée en un nouveau liquide nommé cambium. Le cambium circule entre l'écorce et l'aubier, et dépose une couche de l'une et de l'autre sur les parois du conduit qu'il parcourt. C'est là une véritable assimilation végétale ; c'est ainsi que la plante reçoit les aliments nécessaires à sa croissance. Tels sont les phénomènes de la respiration diurne des végétaux. La nuit, les plantes exhalent de l'acide carbonique : ce gaz est puisé directement dans le sol par les racines et ne provient pas, comme on l'a cru longtemps, d'une respiration nocturne. Il en résulte que celle-ci n'est qu'un acte négatif ou, pour mieux dire, la cessation complète dés phénomènes qui se produisent pendant le jour.

J'ai essayé de signaler, par cet incomplet aperçu, les rapports intimes qui existent entre les animaux dont la respiration vicie incessamment l'air qui les environne, et la plante qui revivifie cet air corrompu et y puise sa nourriture, tout en rendant à l'atmosphère la partie indispensable à la respiration des animaux.

Mont-de-Marsan. G. S.  

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images