Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Une aurore boréale observée à Évreux

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

UNE AURORE BORÉALE OBSERVÉE A ÉVREUX.

Dans la soirée du dimanche 4 janvier, on voyait à Évreux une brillante aurore boréale. Vers six heures du soir, le ciel commençait à être rouge, et cette coloration devint de plus en plus vive jusqu'à prés de sept heures, où elle diminua un peu. Ensuite, jusqu'à neuf heures, la teinte rouge, répandue surtout au nord et à l'ouest, s'est maintenue assez vive, et de temps en temps elle était sillonnée par quelques rayons plus clairs, mais peu apparents; son intensité s'est accrue jusqu'à dix heures : c'est à ce moment qu'elle a atteint son maximum. Le météore avait alors la forme d'une courbe dont la partie la plus arrondie regardait le sud-est, et dont les prolongements d'un rouge très vif se dirigeaient, l'un au nord-nord-est, l'autre à l'ouest-sud-ouest. De plus, vers l'est et le sud, il y avait des espaces très lumineux d'une teinte verdâtre qui se fondait insensiblement avec le rouge. Le milieu de la partie la plus arrondie de cette courbe était un peu au sud-est du zénith et occupé par Jupiter. C'est de ce point qu'émanaient les nombreux rayons très brillants qui, par leur couleur rose ou jaune verdâtre, tranchaient sur le fond rouge vif de l'intérieur de la courbe. A l'extérieur, on remarquait également quelques rayons jaunâtres, moins apparents et diamétralement opposés, qui sillonnaient une teinte d'un rouge sombre. Pendant dix minutes, la lumière produite par les rayons qui paraissaient et disparaissaient alternativement, a été assez forte pour me permettre de faire un dessin grossier du météore. A partir de dix heures un quart, les rayons sont devenus beaucoup moins visibles; mais la teinte rouge s'est maintenue longtemps encore. Ce qu'il y avait de plus remarquable dans celte aurore, c'est que Jupiter, qui brillait d'un très vif éclat, était le centre duquel divergeaient tous les rayons. Je regrette de n'avoir pu l'observer depuis le commencement jusqu'à la fin. Cette aurore est une des plus belles et des plus brillantes qu'on ait vues à Évreux.

Maurice Régimbart.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images