Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Du cri du Sphinx atropos

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
L'Histoire naturelle
Le Bolet indigotier
Conseils aux débutants en entomologie
Le nid de l'Épinoche
Observation géologique
Communications
Du cri du Sphinx atropos
Conseils aux débutants en entomologie
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Communications
Lamarck
L'Apus cancriformis
Influence de la lumière sur la végétation
Le Satyre fétide
Hélix dextres et sénestres
Communications
Influence de la lumière sur la végétation
Conseils aux débutants en entomologie
Note sur deux espèces minéralogiques
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux jeunes malacologistes
Formation de l'iodure de mercure
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Histologie végétale
L'Hylésine du pin maritime
Une aurore boréale observée à Évreux
Communications
Des classifications en histoire naturelle
La Chauve-Souris
Conseils aux jeunes malacologistes
Variations de l'espèce dans les végétaux
Généralités sur les Hydrocanthares
L'Araignée rouge ou la gobeuse d'oeufs
Conservation des limaces
Influence de la lumière sur la végétation
De la formation de la houille
Neige et tonnerre
Généralités sur les Hydrocanthares
De Candolle
Liquide arsenical antiseptique
Notes sur la Lycosa saccata
Influence de la lumière sur la végétation
Chasse des Hyménoptères
Sociétés de jeunes naturalistes
Les Rapaces nocturnes
Histologie végétale
Note pour servir à l'histoire d'un infusoire
Influence de la lumière sur la végétation
Conservation des chenilles et des limaces
Notice sur Parmentier
L'Arthemisia absinthium
Nid d'Épinochette
Sur le venin des Batraciens
De l'Oronge et de la fausse Oronge
Influence de la lumière sur la végétation
Communications
Buffon
Le Ver luisant
L'aquarium du Havre
Quelques mots sur les Psyllides
De l'origine de la terre
Communications
Les antiseptiques dans tous les temps
Aperçu général du phénomène de la germination
Le Bibio marci
De l'origine de la terre
Le Pigeon messager
Recherches sur le terrain de trias
Observations sur un des parasites du chat
Communications

 

DU CRI DU SPHINX ATROPOS.

Il y a peu de temps, on m'avait apporté un magnifique Sphinx Atropos (S. tête-de-mort) vivant. Je le fis crier en le pressant légèrement entre les doigts et cherchai à me rendre compte de la façon dont il produit cette espèce de sifflement. Je vis bien, de chaque côté du thorax, une touffe de poils s'écarter et vibrer : c'est ce que l'on considère généralement comme le siège de la production du cri. Mais une expérience qui me parut plus convaincante et que, du reste, j'avais déjà essayée l'année précédente, me persuade presque que le S. Atropos produit son cri singulier en frottant contre ses palpes sa trompe cornée, comme certains coléoptères produisent un son à peu près analogue en frottant leurs élytres contre leur abdomen ou leurs tarses. En effet, en soulevant la trompe et la déroulant peu à peu hors de sa loge à l'aide d'une épingle, on entend le son diminuer petit à petit et finir par cesser complètement. Laisse-t-on revenir la trompe à sa place entre les deux palpes, le bruit recommence, d'abord faiblement, puis de plus en plus fort. — Il est à noter que, pendant tout le temps de l'expérience, les poils du côté du thorax continuent à vibrer sans produire de son. — J'ai renouvelé l'expérience plusieurs fois avec succès ; j'engage cependant les entomologistes à la répéter et à la contrôler. Le tout est d'avoir un S. Atropos bien en vie et de ne pas craindre de l'abîmer un peu.

Mulhouse. J. S.

Voici l'explication que donnent différents naturalistes de ce son, que les uns appellent plaintif et lamentable, que d'autres comparent au son produit par certains longicornes :

Schroeter : Frottement de la trompe contre la tête.

Roesel : Frottement du thorax contre l'abdomen.

Réaumur : Frottement des palpes contre la trompe ; lorsqu'on déroule celle-ci, le cri cesse pour recommencer dès qu'elle s'enroule de nouveau entre les palpes. Le son cesse quand les palpes ne sont plus en contact avec la trompe; il est faible quand une seule palpe touche la trompe.

Passerini : Aspiration et expiration alternative de l'air du canal central de la trompe dans une cavité particulière de la tête.

Enfin, MM. Duponchel, Aubé, Boisduval, Pierret et Rambur, après une série d'expériences, ont conclu que la cause de ce son était encore à découvrir.

E. D.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images