Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Le tabac, sa culture, sa fabrication

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

LE TABAC, SA CULTURE, SA FABRICATION.
(Suite).

L'usage que l'on a fait du tabac et la forme sous laquelle on a employé cette plante ne furent pas partout les mêmes. Des hommes de l'équipage de Colomb, envoyés par l'amiral pour explorer l'île de Cuba, lui rapportèrent qu'ils avaient rencontré sur leur route beaucoup d'Indiens, hommes et femmes, portant un petit tison allumé, composé d'une sorte d'herbe dont ils aspiraient le parfum. Las Cazas, contemporain de Colomb, donne des détails sur ce fait dans son Histoire générale des Indes (chap. XLVI). « L'herbe dont les Indiens aspirent la fumée est, dit-il, bourrée dans une feuille sèche; les Indiens l'allument par un bout et hument par l'autre en aspirant intérieurement la fumée avec leur haleine, ce qui produit un assoupissement dans tout le corps et dégénère en une sorte d'ivresse. Ils prétendent qu'alors on ne sent plus la fatigue; ces tabacos, comme ils les appellent, sont en usage parmi nos colons. » D'après d'autres auteurs, les Indiens ne se seraient servi du tabac que comme remède. Au Brésil, la fumée du tabac servait à enivrer les augures; cette vapeur stimulante jouait aussi un grand rôle dans les assemblées publiques : on soufflait des bouffées de tabac sur la figure de l'orateur pour le préparer aux bons conseils. De nos jours encore, les Orientaux présentent la pipe à leurs amis.

L'introduction du tabac en Europe date du milieu du XVIe siècle. En 1560, l'ambassadeur de François II auprès de Sébastien, roi du Portugal, ayant reçu d'un marchand flamand, revenu d'Amérique, l'herbe en question, la présenta au grand-prieur à Lisbonne, puis à Catherine de Médicis, à son retour en France. A partir de cette époque, l'usage du tabac se répandit rapidement dans toutes les parties de l'ancien monde. Amurat IV, empereur des Turcs, ainsi que le czar de Russie et le shah de Perse se virent même bientôt obligés d'en défendre l'usage dans leurs Etats sous peine d'avoir le nez coupé, ce qui ferait croire que l'habitude de priser était alors la plus répandue. En 1604, par une bulle d'Urbain VIII, tous ceux qui prisaient dans les églises furent excommuniés. Les évêques renchérirent encore sur les ordres du successeur de saint Pierre; nous lisons dans les anciennes Constitutions synodales de Bartholomé de la Camara, évêque de Salamanque l'article suivant : Que les prêtres ne prisent pas avant de dire la messe, ni deux heures après ; défense au clergé et aux paroissiens de priser dans les églises, sous peine d'excommunication et de 1000 maravédis d'amende chaque fois qu'ils commettraient un pareil crime. »

Nancy. E. Bagneris. (A suivre.)

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images