Histoire naturelle
Précédente / Remonter / Suivante

Notes sur le Crapaud

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

NOTES SUR LE CRAPAUD (Bufo vulgaris).

I. Dégoût qu'il inspire. — Son venin.

Cet animal, jeu bizarre de la nature, qui semble un produit de l'humidité et de la pourriture, comme l'appelle le continuateur de Buffon, Lacépède, est un exemple frappant de la disposition des hommes à juger de l'intérieur d'après l'extérieur. Le crapaud n'est certes pas un idéal de beauté ; on ne peut retenir un mouvement involontaire de dégoût quand, sous quelque grosse pierre, sous quelque planche, dans un lieu sombre et humide, paradis de la moisissure, on aperçoit tout à coup une bête informe, à la peau visqueuse et couverte de verrues, aux yeux ronds et brillants, qui s'éloigne lentement par des sauts paresseux, pour fuir la lumière importune. Je comprends parfaitement la répugnance instinctive qu'inspire ce laid ténébreux, répugnance que partagent presque tous les hommes, et que nous retrouvons à toutes les époques.

D'ailleurs, le dégoût et même la crainte que le crapaud inspire à la plupart des hommes ne prend pas sa source seulement dans sa laideur. Si l'on essaye d'en saisir un, il tendra sa peau comme un tambour, grâce à son peu d'adhésion aux muscles, et protégé ainsi par une enveloppe élastique d'air, il résistera parfaitement aux coups de bâton ou aux pierres avec lesquelles on voudra l'assommer. Si maintenant on veut en prendre un dans la main, il se défendra au moyen de son urine, et aussi en faisant suinter de glandes et de pustules placées sur le dos et le cou une liqueur laiteuse et acre qui, sans être un poison véritable, peut produire une irritation de la peau. C'est cette humeur visqueuse qui a donné naissance à tous les contes dans lesquels le crapaud passe pour un animal presque uniquement composé de poison.

Ce venin du crapaud a été l'objet d'études sérieuses de la part d'un grand nombre de naturalistes, et la plupart sont arrivés à la conclusion suivante : le crapaud ne peut empoisonner sa victime en la piquanl, en la mordant, en crachant, en soufflant sur elle, ou en la regardant, toutes choses qui ont été assurées autrefois ; mais l'humeur acre, jaunâtre, lactescente, d'une odeur fétide, qu'il sécrète quand on le touche et surtout quand on le saupoudre de sel. produit sur la main une brûlure et même des éruptions. Gratiolet et Cloëz en ont inoculé à des oiseaux, qui après avoir chancelé pendant quelques minutes fermaient les yeux et mouraient sans convulsion. Deux milligrammes de cette humeur préalablement desséchée, puis introduite dans la circulation d'un verdier, l'ont tué en un quart d'heure. Vulpian a trouvé que le venin du crapaud commun (B. vulgaris) et celui du crapaud des joncs (B. calamita), introduits sous la peau des mammifères, tels que le cochon d'Inde, le chien, le bouc, les faisaient mourir en moins d'une heure. Ce fluide, paraît-il, agit en arrêtant les mouvements du coeur. Le sable même, imprégné de cette humeur, fait mourir les oiseaux quand on en introduit dans leur cage (Lenz). Fallas et d'autres observateurs parlent de chiens qui seraient morts pour avoir pris des crapauds dans la gueule, ce qui confirmerait les observations de Vulpian. Cependant d'autres animaux, tels que les canards et les buses, les mangent, sans éprouver le moindre inconvénient d'une pareille nourriture. White (Natural History of Selborne) parle d'un charlatan qui mangea un crapaud pour étonner les paysans; après quoi il but de l'huile. Du reste, certaines nations mangent cet animal. Reichenbach croit que lorsque le crapaud s'est nourri d'insectes dont les sucs sont acres (carabus? vésicants?), son venin en acquiert plus de force et d'âcreté. (A suivre.) E. DOLLFUS.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images