Histoire naturelle
Remonter / Suivante

A nos lecteurs

Documents anciens d'histoire naturelle
tiré de "Feuille des jeunes naturalistes" 1870-1914
attention de nombreuses informations peuvent ne plus être d'actualité
 

Accueil
Remonter
A nos lecteurs
Le mois de Mai
Notes sur le Crapaud
Papillons
La grotte d'Osselles
Le mois de juin
Solidarite entre la plante et l'animal
Araignées
La rose
Notes sur le crapausd II
Absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Le mois de Juillet
Circulation et respiration
Notes sur le Crapaud
Transpiration des végétaux
Une observation sur la Salamandre
La pie
De l'absorption des racines
La charité enseignée par les insectes
Les Courtilières
Excursions scientifiques
Le mois d'Août
Des herborisations et des herbiers
Notes sur le Crapaud
Croyances superstitieuses
Observation sur la ponte du Dytiscus
De l'organisation des fougères
La charité enseignée par les insectes
Des herborisations et des herbiers
Aperçu sur Tournefort
L'argyronète
Le hérisson
Le mois d'Avril
De l'organisation des fougères
Du vol chez les oiseaux
Les habitations lacustres
Quelques réflexions sur l'utilité de l'entomologie
Le mois de Mai
Une aurore boréale
Linné
De la respiration végétale
La faune des profondeurs
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Conseils aux débutants en entomologie
Le pin maritime
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Conseils aux débutants en entomologie
De la respiration végétale
Ravages des chenilles
Conseils aux débutants en entomologie
Les Ilybius des environs d'Evreux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Georges Guvier
Conseils aux débutants en entomologie
Du vol chez les oiseaux
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Du rôle du fer dans la végétation
Note sur la chasse du Serica brunnea
Conseils aux débutants en entomologie
Le tabac, sa culture, sa fabrication
Préparation des lépidoptères
Aperçu sur la végétation du monde primitif
Quelques mots sur le vol des insectes

 

A nos lecteurs.

Tentanda omnia.

Dans ce premier numéro d'une feuille nouvelle, nous croyons devoir exposer notre but et nos raisons pour entreprendre une tâche qui sera peut-être bien lourde pour nous. Nous ne reviendrons pas sur ce que nous avons dit dans notre circulaire, mais nous désirons expliquer aujourd'hui quelques points que nous n'avons pu qu'indiquer alors. Depuis quelques années que l'histoire naturelle occupe tous nos loisirs, nous avons pu constater par expérience les grandes difficultés qui arrêtent à chaque pas les débutants dans une science bien attrayante cependant. C'est dans le but de diminuer les difficultés inséparables d'avec les premiers pas dans cette science, que nous établissons dans ce journal un échange de communications entre jeunes naturalistes, par lequel ceux qui ont eu la bonne fortune de traverser sans naufrage ces Charybde et Scylla de l'histoire naturelle, pourront aider leurs confrères, qui se préparent à surmonter les obstacles qui se dressent devant eux. Que notre devise commune soit : Un pour tous, tous pour un. Nous n'accepterons jamais de conseils intéressés; en d'autres termes, notre échange de renseignements ne deviendra jamais une page d'annonces. Mais, dira-t-on peut-être, tout cela est fort bien; seulement, quel avantage peut-on retirer de l'histoire naturelle? Voilà une grosse question : Cui bono? Ce sujet prêterait à bien des développements, mais nous nous bornerons à indiquer quelques-uns des avantages les plus saillants. De tout temps, et surtout par ce temps d'industrie et de commerce, on a vanté l'étude de la philosophie comme un utile contrepoids aux occupations intéressées de chaque jour: l'histoire naturelle partage ce privilège avec la philosophie, d'être complètement détachée de tout intérêt mercantile.

De cet avantage, il en résulte un autre. Les naturalistes de tous les pays, unis par le lien de la sympathie d'études, plus fort et plus durable que celui de l'intérêt, forment comme une vaste franc-maçonnerie. Aussi, qu'un naturaliste arrive dans une ville étrangère : aussitôt, ses confrères, qui ne l'ont jamais vu, qui ne connaissent peut-être même pas son nom, l'accueillent à bras ouverts, et tout travail cessant, lui montrent leurs collections, le fêtent comme un vieil ami. Nous avons plus d'une fois éprouvé la bienveillance des naturalistes à l'égard de jeunes débutants.

D'ailleurs, l'histoire naturelle fournit à tous indistinctement d'agréables et utiles distractions; on n'exige à la porte ni examen ni diplôme ; ce qu'on demande, c'est ce que tous peuvent donner : l'amour de la nature. N'est-ce pas une belle et utile occupation, que celle qui a pour but à la fois l'intérêt et le plaisir, la santé du corps et celle de l'esprit? Toujours la même, mais toujours changeante, la nature livre à quiconque vient l'en prier, ses secrets les plus admirables, et pour surprendre ses mystères, il n'est pas nécessaire d'aller dans de lointains pays, glaner les pénibles fruits de la science, à travers les fatigues et les privations. On ne peut faire deux pas au dehors, pour peu que l'on désire observer la nature, sans trouver quelque chef-d'oeuvre du grand Artiste, devant lequel les hommes passent tous les jours sans même se douter de son existence, ou sans abaisser leurs yeux sur un

. . . chétif insecte, excrément de la terre.

Et jamais l'intérêt, jamais les observations ne manquent à celui qui aime la nature : Latreille dans sa prison observe la Necrobia; Pellisson charme les loisirs de sa captivité en apprivoisant une araignée. La nature est aussi admirable au sein d'une ville, ou dans un désert de glace, qu'au milieu de l'exubérante végétation des forêts vierges du Brésil.

Si l'utilité pratique, que l'on recherche avant tout aujourd'hui, est moindre dans l'histoire naturelle que dans quelques autres sciences, elle possède une utilité morale au moins aussi précieuse, et pour laquelle elle mérite d'être encouragée et cultivée. C'est là le second but que nous nous efforcerons d'atteindre, heureux si nous pouvons inspirer à quelques-uns de nos camarades le désir de connaître les merveilles de la nature.

Et maintenant, en terminant, nous sommes heureux de pouvoir annoncer que notre projet a reçu l'approbation de plusieurs naturalistes, ainsi que d'un certain nombre de jeunes gens, adeptes de la science ou aspirant à le devenir; nous espérons que le zèle ne se ralentira pas ; de notre côté, nous ferons tous nos efforts pour nous tenir à la hauteur de notre tâche.

Le comité, chargé de la rédaction :
Ernest Dollfus;
Eugène Engel;
Maurice Hofer;
Auguste Koechlin;
Gustave Weiss.

 

 

 

  


-----
Pour les personnes plus intéressées par les dessins et gravures


Gravures, illustrations, dessins, images
galerie de gravures, illustrations, dessins, images